Archives de catégorie : Billets

La citoyenneté des Africains dans les Amériques au XIXe siècle – le cas du Brésil

Beatriz G. Mamigonian (Université Fédérale de Santa Catarina, Brésil)

Lors des indépendances, pendant les débats sur la citoyenneté, le statut des personnes issues de l’esclavage a souvent exposé les limites du libéralisme. Dans certains territoires, dont le Brésil, les personnes originaires du continent africain, soit libres ou une fois affranchies, étaient exclues du droit à la nationalité et ont vécu comme apatrides. Cette politique discriminatoire envers les Africains par rapport aux “créoles” et d’autres nationaux, a représenté un défi aux idéaux assimilationnistes et vers la fin du XIXe siècle a influé dans les expériences coloniales en Afrique. La présentation portera sur l’histoire du droit de citoyenneté au Brésil du XIXe, vu de la perspective du statut des affranchis Africains, qui ont été exclus de la citoyenneté brésilienne par la Constitution de 1824, après être considérés sujets Portugais pendant le régime colonial. La constitution brésilienne de 1824 a reconnu comme citoyens seulement les affranchis nés au Brésil. Le Brésil n’a pas été le seul pays des Amériques à limiter le droit des affranchis ou à discriminer entre les Africains et les créoles. Il semble, pourtant, avoir été le seul pays à laisser les Africains dans une situation juridique limitrophe, entre le manque de citoyenneté – ils n’étaient pas citoyens brésiliens – et le manque de nationalité, ce que impliquait qu’ils ne pouvaient pas être traités comme étrangers, parce qu’ils n’avaient pas la protection des unités politiques dont ils étaient issus. La présentation prendra pour base le débat politique sur les droits des Africains au Brésil, et discutera les formulations juridiques de cette politique délibérée d’exclusion, qui a laissé les Africains vulnérables et sujets à l’arbitre des autorités.

Imaginer l’horizon des pays du Sud sous l’angle de l’histoire, de la mémoire et du pouvoir

 

 Audra Diptee 

Carleton University

 

En 2011, le monde a pris connaissance du programme secret appelé « Operation Legacy » qui avait été imposé par le Bureau des Colonies Britanniques entre les années 1950 et les années 1970.  L’objectif du programme était très simple :  juste avant que les colonies Britanniques aient gagné leur indépendance politique, tous les documents officiels qui étaient susceptibles d’embarrasser ou impliquer le gouvernement colonial, devaient être emportés ou détruits.  À cette époque, d’innombrables documents ont été réduits en cendres partout dans l’Empire colonial britannique et jusqu’à récemment, les historiens du colonialisme n’étaient pas conscients que 200 000 documents historiques étaient conservés dans un bâtiment de haute sécurité en Angleterre.

Que nous dit « Operation Legacy » sur la relation entre le pouvoir, la mémoire et l’histoire ?  Dans cette présentation, je propose l’idée que l’histoire ait été un des plus importants outils de l’empire colonial.  En outre, utilisant des exemples spécifiques, je suggère que, même aujourd’hui, il y a certaines narrations historiques qui soutiennent un agenda néocolonial dans les pays du Sud.  Les discours des secteurs du développement et de l’humanitaire, par exemple, sont ancrés dans une version du passé qui est très problématique et renforcent les dynamiques actuelles du pouvoir entre les pays du Nord et du Sud. 

Quel est le rôle de l’historien, si les récits historiques façonnent les stratégies développées pour résoudre les problèmes contemporains et créer les visions alternatives de l’avenir?  Dans cette présentation, j’avance l’idée de l’histoire critiquée appliquée.  En utilisant ce cadre d’analyse, les historiens pourront contribuer au développement de discours alternatifs qui réorientent les perceptions contemporaines des pays du Sud et révèlent la manière dont les mémoires et l’histoire sont manipulées et même très enracinées dans les idées coloniales.

Esclavage, mémoire et les débats sur les réparations au Brésil et aux États-Unis

Ana Lucia Araujo (Howard University)

Séance double du 22 mars 2019

Au cours des deux dernières décennies, de nombreux projets ont mis l’accent sur les réparations symboliques pour l’esclavage, notamment à travers la création de monuments commémoratifs, mémoriaux, musées et expositions. Dans cette présentation, par l’étude de plusieurs exemples, je souligne d’abord les différentes modalités de la mémoire (collective, culturelle, publique et officielle) qui sont en jeu dans ces initiatives notamment au Brésil et aux Etats-Unis. J’insiste également sur la longue et persistante histoire des demandes de réparations financières et matérielles pour l’esclavage et la traite atlantique des esclaves dans les anciennes sociétés esclavagistes. Je montre qu’au-delà d’une approche nationale, la patrimonialisation de l’esclavage et du commerce atlantique des esclaves ainsi que les appels à réparation doivent être compris dans une perspective transnationale et comparative dans les anciennes sociétés esclavagistes où le racisme, les inégalités raciales et la suprématie blanche persistent toujours.

L’histoire ouvrière britannique et le « tournant global » en histoire du travail

Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – CREW)

Séance du 22 février 2019

 

Dans le développement de l’histoire sociale, l’histoire ouvrière britannique a joué un rôle pionnier, en particulier dans les années 1960 et 1970, avec les travaux des marxistes EJ Hobsbawm et EP Thompson. Depuis, l’histoire ouvrière est quelque peu passée de mode dans les milieux universitaires, mais elle a connu un renouveau significatif depuis les années 2000, avec l’émergence d’une « histoire globale du travail » (global labour history), sous la houlette notamment de Marcel van der Linden.

Quelle est la place des historiens britanniques dans cette nouvelle vague ? Est-il juste ou non d’accuser la British labour history d’insularité ? Cette communication présentera quelques unes des pistes explorées récemment pour tenter d’écrire une histoire des travailleurs britanniques plus ouverte sur le monde. Seront évoqués les travaux d’historiens qui, en Australie, en Nouvelle-Zélande comme en Afrique du sud, renouvellent notre regard sur le mouvement ouvrier britannique.

On s’interrogera enfin sur la place des Amériques dans ce tournant global. Changer d’échelle en passant du cadre des îles Britanniques au « monde britannique », c’est bien. Mais celui qui s’intéresse au passé des prolétaires anglais, gallois, écossais et irlandais peut-il sans dommages écarter du tableau Etats-Unis, Canada et Amérique latine ? Ma communication proposera deux gros plans, d’abord sur les recherches comparatistes et transnationales menées par Neville Kirk depuis les années 1980, puis sur celles de Steven Parfitt.

Enfin il sera question de ce que l’inclusion de la dimension transatlantique peut apporter à la compréhension de la « Grande Fièvre Ouvrière » (great labour unrest) qui agite le Royaume-Uni de 1910 à 1914. Les circulations humaines et militantes sont nombreuses à cette époque et contribuent à façonner l’expérience des ouvriers britanniques en lutte. La nature de ces interactions sera abordée à partir d’une étude de cas : la couverture des conflits sociaux aux Etats-Unis et au Canada par The Daily Herald, hebdomadaire londonien de sensibilité syndicaliste révolutionnaire.

E. F. PAIVA 08/02/2019

Esclavage, affranchissement, dynamiques des métissages et culture matérielle au

Brésil, XVIIIe siècle – les femmes et leur rôle historique

Eduardo França Paiva

Professeur titulaire au Département d’Histoire de l’Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil

Résumé :

Le XVIIIe siècle est le « siècle d’or » de l’histoire brésilienne dans tous les sens du terme. L’essor de l’exploitation des mines d’or et l’extraction des pierres précieuses provoquent des changements importants en Amérique portugaise, dont la très rapide urbanisation du centre de la région (surtout Minas Gérais), l’augmentation considérable de la population, y compris celle des esclaves. Il s’agissait d’africains créoles (nés au Brésil, fils de mères et pères africains) et aussi des individus issus de diverses métissages (métis, mulâtres, pardos, etc.) nés au Brésil. Tout cela donne naissance à une des plus importantes populations d’affranchis des temps modernes, dominée par des femmes et leurs descendants directs. Par ailleurs, le triangule entre Salvador de Bahia, les aires minières centrales et le port de Rio de Janeiro, formait à cette époque une des régions les plus riches au monde, ce qui attirait des commerçants et des produits provenant de différentes régions des Amériques et du monde entier. Mon intention dans cet exposé est de « croiser » toutes ces dimensions à partir des rapports quotidiens (culturels, biologiques, démographiques, affectifs, matérielles, etc.). Je veux souligner notamment le rôle très important joué par les femmes de différents « qualités » (indiennes, noires, créoles, métisses) et «conditions » juridiques (esclaves, affranchies, nées libres) dans la formation de cette société esclavagiste et métissée du XVIIIe siècle. Ces femmes ont été co-responsables de la dynamisation du commerce local et intercontinental, puisque qu’elles faisaient partie d’un marché urbain qui demandait des esclaves, des tissus et des objets d’usage personnel (fabriqués partout dans le monde) ; ainsi que des outils de travail, des images religieuses, des bijoux, des amulettes, des ivoires, des coraux rouges, etc. Elles deviennent, donc, des véritables agents de la mobilisation économique, ce qui fortifia, d’un point de vue historique, les métissages au Brésil, et également dans l’ensemble de l’Amérique ibérique. L’exposé fait partie d’un projet plus large qui vise à établir des connexions entre les sociétés ibéro-américaines, en partant par l’étude de la vie quotidienne, les « dynamiques des métissages » et des lexiques d’altérisation.

PANAMERICANISM AS A TRANSNATIONAL HEMISPHERIC MOVEMENT OF COOPERATION AND HEGEMONY: INTELLECTUAL COOPERATION AND INTERNATIONAL LAW IN THE AMERICAS

Juliette Dumont (IHEAL, Paris 3) and Juan Pablo Scarfi (Visiting scholar, IHEAL, Paris 3 / Universidad Nacional de San Martín-CONICET, Argentina)

1 février 2019

As it is the case with US-Latin American relations, Pan-Americanism is in itself a complex and contending interdisciplinary field. More importantly, there has been always an important controversy over the origins and current legacy of Pan-Americanism, that is, over how its past has shaped its future prospects. On the one hand, it has been argued that the progenitor and first Pan-Americanist was indeed Simon Bolivar when he sketched plans for a continental congress, that led in turn to the Panama Congress (1826), an initiative that did not include an invitation to the US. Paradoxically, this initiative was seen as a reaction to the US Monroe Doctrine, which was interpreted as a unilateral principle enunciated by John Quincy Adams and James Monroe by 1823. At the same time, Pan-Americanism emerged as a term in the 1880s and was coined by Secretary of State James Blaine to designate a movement initiated in the US that sought to strengthen US commercial relations and investment in Latin America, generate mechanisms of arbitration and the peaceful settlement of international disputes in the Americas, as well as promote intellectual and cultural cooperation between the US and Latin America. This process led eventually to the so-called Inter-American System, that is, the Pan-American conferences and the rise of the Pan American Union by 1910, which transformed itself into the OAS by 1948.

All in all, there has been always a contending debate over whether Pan-Americanism has been a hegemonic policy of the US, as the works of David Sheinin and Ricardo Salvatore have defined it, or an authentic policy of continental cooperation between the US and Latin America within which Latin American states have created grounds and scope for participating with autonomy, and even moderating US interventionism, legitimizing and institutionalizing Latin American initiatives and agency at a continental and global levels. While Sheinin has defined Pan-Americanism as “the friendly face of US dominance in the hemisphere,” recent revisionist literature has shown the great agency and capacity of Latin American states and the regional networks of diplomats, jurists and intellectuals within the region to moderate US unilateralism and interventionism and more importantly promote the creation of institutions, norms and mechanisms to promote Latin American autonomous agency within Pan-Americanism and inter-American institutions.

This presentation focuses on the roots of the Pan-American movement in its early stages in the fields of arbitration and international law, on the one hand, and intellectual cooperation on the other, and Latin American contributions to the construction and consolidation of these initiatives and networks of cooperation within a US-led hegemonic continental movement. It argues that Latin American contributions to intellectual cooperation and the promotion of arbitration, peace and international law were at the core of the construction and consolidation of the foundational and institutional initiatives that contributed to consolidate Pan-Americanism as a continental, regional and global movement, contributing to shape its legacy in contemporary Latin American internationalism.

Un juego a tres bandas: la construcción de la trata atlántica del siglo XVI entre la Monarquía Hispánica, los criollos americanos y el capital europeo

Manuel F. Fernández Chaves (Universidad de Sevilla)

18 janvier 2019

Tradicionalmente se ha visto la trata negrera atlántica como un flujo unidireccional en el que los esclavos africanos han sido objeto de cuantificación cada vez más precisa, avanzándose mucho en los últimos años en nuestro conocimiento de la llegada de los esclavos a las Indias de Castilla. Se ha prestado menos atención a otros dos flujos que estaban en íntima relación con la trata negrera, a saber: el primero, formado por los capitales y mercancías que hacían posible el comercio con África, y el segundo el integrado por los retornos de la venta de los esclavos y otras mercancías anejas en América.

Los capitales invertidos en la trata no sólo eran castellanos o portugueses, sino también podían ser italianos o de otras procedencias, como en el caso de las mercancías que se utilizaban en el negocio, siendo el beneficio muchas veces obtenido en América y no en África. Asimismo, los participantes en la trata tenían un variado origen, tanto peninsular (castellano o portugués) como americano, radicando también en ocasiones los directores de la trata en el Nuevo Mundo y no en Europa. Por ello se impone una revisión del entramado económico que sostenía la trata negrera y del grado de implicación y responsabilidad de los mismos, que permita conocer mejor un negocio inhumano que fucionaba de forma coral y en el que además de los esclavos se traficaba con todo tipo de mercancías y productos que formaban parte integral de dicho negocio.

Les Jésuites souterrains dans la mondialité catholique de l’ancienne Compagnie de Jésus (Chili, 1621-1709)

Rafael Gaune

Les Amérique dans le monde atlantique, séance du 7 décembre 2018

La présentation a pour objectif général l’analyse de comment les “jésuites souterrains” dans la province du Chili entre 1621 et 1709 ont participé et soutenu les pratiques et les discours de la mondialisation catholique; mondialisation dans laquelle « l’élite créative » de l’ordre religieux été à la tête. Alors on intègre dans le « tournant historiographique global » de la Compagnie de Jésus une « prosopographie des sans voix », c’est à dire des acteurs secondaires qui sont présents dans les archives et registres et qui n’ont pas encore trouvé une narration dans l’historiographie.

Dans le cadre de cette proposition, on entend pour « jésuites souterrains » les acteurs qui faisaient partie d’un ordre religieux moderne et mondialisé, et qui pourtant se sont convertis en élites locales, sans néanmoins appartenir à « l’élite créative » -concept crée par Peter Burke à fin d’étudier les élites de la Renaissance- qui rédigée et publiée des livres, voyagée et négociée dans les centres de décisions, participée dans les rouages politiques coloniaux, et avant tout, été la protagoniste indiscutable de l’historiographie par le génie exprimé dans ses biographies. D’autre part, « mondialité » fait allusion au processus des circulations, connexions et amplifications du monde occidental à travers les pratiques et savoirs jésuites dans la jeunesse de l’époque moderne, ce que Antonella Romano a récemment nommé « l’englobement du monde » par l’Europe (2016).

L’hypothèse de cette recherche en cours propose que la mondialité jésuite guidée par cette « élite créative » au cours du XVIIe siècle fût supportée dans des acteurs secondaires qu’ont permis à cette élite de l’ordre religieux participer de façon directe dans le catholicisme global à travers des voyages aux centres des décisions et des réflexions intellectuels.

On formule que dans la province du Chili, entre 1621 et 1709, ont vécu, transité et meurt, quelques 473 jésuites, qui dans une grande partie n’appartenaient pas à « l’élite créative » de l’ordre. Néanmoins, son analyse historique permet de comprendre les complexités d’une institution mondialisée depuis le revers des grands acteurs et des grandes narratives. On fera l’analyse de cette mondialité à partir des pratiques et biographies des « jésuites souterrains » qui, à la distance et sans participation directe, possédaient une manière particulière d’agir dans les rouages de l’expansion mondiale du catholicisme.

Ce projet de recherche présent aussi des conjectures secondaires qui proposent qu’une « biographie chorale » de ces « jésuites souterrains » permette de comprendre que les succès ainsi que les échecs des projets missionnaires globaux dépendaient des agissements des « souterrains » dans le mondain et dans le local. De même, la proposition de recherche possède une portée analytique, méthodologique et épistémologique large, dans la tentative d’installer dans le « tournant historiographique global » de la Compagnie de Jésus –exceptionnel, des grandes idées, grands acteurs et grandes circulations- une « prosopographie des sans voix ».

By Way of Brazil: South Atlantic Sea Roads to the Spanish Caribbean

David Wheat (Michigan State University)

Les Amériques dans le monde atlantique du 30 novembre 2018

Official investigations into contraband trade with « foreigners » provide a useful vantage point from which to re-evaluate the nature of transimperial commerce in the early Spanish Caribbean. Historiographical emphasis on northern European commerce certainly echoes one of the chief concerns of the Spanish crown, but it overlooks other forms of transimperial trade that occurred with much greater frequency during the long sixteenth century. Iberian voyages registered for Brazil, in particular, were regularly diverted to the Spanish Caribbean. A partial survey of records preserved in the Archive of the Indies in Seville reveals the names of vessels, shipmasters, intended destinations, and travel dates for over 100 voyages arriving in Caribbean ports between 1550 and 1640. The data examined thus far reveals an especially notable surge in voyages redirected toward Española, instead of Brazil, during the 1580s. Spanish Caribbean sources also attest to a smaller but considerable flow of direct maritime traffic from Brazilian to Caribbean ports during the same decades.

The implementation of the Carrera de Indias convoy system and a corresponding reallocation of imperial resources had a powerful (and uneven) long-term impact on Caribbean ports in the decades after 1560, but transactions and voyages organized in Seville never represented the totality of maritime traffic in the region. In other words, simplistic imperial models that rely primarily on the reported values of exports to Spain, or the frequency of shipping to or from Seville, are limited in their capacity to measure the economic vitality of Iberian settlements overseas. The previously overlooked maritime circuits that linked Brazilian and Spanish Caribbean seaports — or treated them as interchangeable destinations — represent a new opportunity to analyze the early Spanish Caribbean in light of overlapping Iberian Atlantic worlds and complex forms of transimperial trade, with major implications for colonial Brazilian history as well.

In many cases, Brazilian destinations appear to have been merely an excuse to introduce merchandise such as wine and clothing from Iberia, the Azores, Madeira, or the Canaries directly into Spanish Caribbean markets. Meanwhile, transatlantic slaving voyages from Angola or São Tomé often sailed to the Caribbean instead of Brazil, or stopped in a Brazilian port while en route to Caribbean destinations. Other vessels sailed from Pernambuco, Bahia, or Maranhão to Caribbean ports carrying commodities such as cloth, sugar, and wood, and in some instances, significant numbers of Amerindian captives.

Programme 2018-2019

Les Amériques dans le Monde Atlantique

Salle Max Milner, en Sorbonne : escalier C, 2e étage.

*Séance extraordinaire du 08/02 aura lieu dans la salle du pavillon dans la Maison de la recherche (4 rue des Irlandais, Paris 75005).

** Séance double dans la salle Max Milner, horaire à préciser (à priori, 9h).

Vendredis de 10h à 13h. 

1 12/10 Introduction au séminaire
2 9/11 Présentation d’ouvrages récents (débat)
3 30/11 David Wheat Michigan State University Por la via del Brasil: rutas suratlánticas hacia el Caribe español

Abstract

4 7/12 Rafael Gaune Pontificia Universidad Católica de Chile

Jesuitas subterráneos en la mundialidad católica de la Antigua Compañía de Jesús (Chile, 1621-1709)

Résumé

5 18/01 Manuel Fernández Chávez Universidad de Sevilla La construction de la traite négrière atlantique au XVIe siècle : Un jeux à trois bandes, entre la Monarchie Hispanique, les créoles américaines et le capitalisme européen

Resumen

6 1/02 Juan Pablo Scarfi et Juliette Dumont Universidad Nacional del General San Martín / Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 Pan-Americanism as a Transnational Hemispheric Movement of Cooperation and Hegemony: Intellectual Cooperation and International Law in the Americas

Résumé

7* 8/02 Eduardo França Paiva Universidade Federal de Minas Gerais Culture matérielle d’origine africaine à Minas Gerais (18ème siècle)

Résumé

8 22/02 Yann Béliard Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 L’histoire ouvrière britannique et le “tournant global” en histoire du travail

Résumé

9** 22/03 Audra Diptee et Ana L. Araujo Carleton University / Howard University Imaginer l’horizon des pays du Sud sous l’angle de l’histoire, de la mémoire et du pouvoir

Résumé

Esclavage, mémoire et les débats sur les réparations au Brésil et aux États-Unis

Résumé

10 05/04 Beatriz Gallotti Mamigonian Universidade Federal de Santa Catarina La citoyenneté des Africains dans les Amériques au XIXe siècle – le cas du Brésil

Résumé

11 19/04 Marko Tocilovac Casa de Velázquez Frontières (in)visibles. Stratégies et résistances au sud des Etats-Unis et de l’Espagne.
12 10/05 Pierre Gervais Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 Separating capitalism and early modern commercial society
13 24/05

Séance annulée

Cecilia Mendez University of California, Santa Barbara Wars of Guerrillas as Wars of Resources: State Making, Local Governance, and Rural Society in the Andean Nineteenth-Century

Abstract