L’évolution de l’action culturelle française en Argentine à travers les expositions officielles des arts plastiques de 1939 à 1969

Victoria Márquez Feldman – Paris 1 Panthéon Sorbonne (CRALMI)

Vendredi 8 novembre 2019 – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Salle Max Milner

Ce projet porte sur l’action culturelle française en Amérique Latine, notamment sur celle exercée à travers les expositions d’art organisées en Argentine par le gouvernement français en 1939 et 1969. Nous analyserons ces manifestations depuis un point de vue associant politique, diplomatie et histoire de l’art, en étudiant l’histoire des échanges et des transferts qui se sont opérées
à travers celles-ci.

La période de l’entre-deux-guerres connaît la création de bureaux gouvernementaux spécialisés, comme le Service d’Oeuvres Françaises à l’Étranger (SOFE) qui organise, parmi d’autres activités culturelles, des expositions d’art. En 1939, il présente l’exposition La peinture française de David à nos jours à Buenos Aires. Les œuvres d’art ici exhibées, appartenant à des musées prestigieux comme le Musée du Louvre, sont transportés par voie maritime, et leur transport fait l’objet d’échanges diplomatiques entre les pays, dans un climat de conflit armé imminent. En 1941, après la changement de régime, une autre exposition d’art français est organisée au Musée des arts décoratifs de Buenos Aires. Si l’événement avait été planifié par le gouvernement français avant l’occupation, le gouvernement de Vichy décide de poursuivre le projet afin de faire preuve de bonne foi et d’intérêt pour la culture. En même temps, d’autres pays européens, ainsi que les États-Unis, organisent des expositions d’art à Buenos Aires. Des expositions d’art anglais, espagnol et italien prolifèrent. On pourrait dire que les puissances sont en train de se battre pour tenir leur influence dans le champ culturel argentin et, par extension, dans le champ culturel latino-américain. La présence culturelle devient, dans le contexte de la Guerre Froide, une préoccupation de premier rang. Et la France, puissance culturelle par excellence, veut garder sa place de privilège dans le continent. En 1958, la création du Ministère des Affaires Culturelles témoigne de cette préoccupation. La visite d’André Malraux à Buenos Aires ce même année, témoigne aussi de l’importance stratégique que l’administration De Gaulle donne à l’Argentine, pays que le Général lui-même visitera en 1964.

C’est à partir de l’analyse des expositions artistiques comme cas de figure, ainsi que des sources diplomatiques « traditionnelles » comme la correspondance et les rapports des ambassadeurs, que nous essayerons de voir quel récit historique de l’art français est mise en place. Ce récit, construit à travers le choix d’œuvres et le commissariat de ces expositions peut être utile pour saisir quelle est l’image de « Nation » qui la France veut transmettre, comme ainsi, la vision française sur les Argentins et leur culture. À travers d’une analyse de sources peu connues, à cheval entre l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’art, nous étudierons les changements et les évolutions dans la politique culturelle française à l’étranger, et les relations culturelles et politiques qu’elle tient avec l’Argentine, un pays qui subira des changements politiques profonds dans les trente années à être abordées dans notre travail de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.