La citoyenneté des Africains dans les Amériques au XIXe siècle – le cas du Brésil

Beatriz G. Mamigonian (Université Fédérale de Santa Catarina, Brésil)

Lors des indépendances, pendant les débats sur la citoyenneté, le statut des personnes issues de l’esclavage a souvent exposé les limites du libéralisme. Dans certains territoires, dont le Brésil, les personnes originaires du continent africain, soit libres ou une fois affranchies, étaient exclues du droit à la nationalité et ont vécu comme apatrides. Cette politique discriminatoire envers les Africains par rapport aux “créoles” et d’autres nationaux, a représenté un défi aux idéaux assimilationnistes et vers la fin du XIXe siècle a influé dans les expériences coloniales en Afrique. La présentation portera sur l’histoire du droit de citoyenneté au Brésil du XIXe, vu de la perspective du statut des affranchis Africains, qui ont été exclus de la citoyenneté brésilienne par la Constitution de 1824, après être considérés sujets Portugais pendant le régime colonial. La constitution brésilienne de 1824 a reconnu comme citoyens seulement les affranchis nés au Brésil. Le Brésil n’a pas été le seul pays des Amériques à limiter le droit des affranchis ou à discriminer entre les Africains et les créoles. Il semble, pourtant, avoir été le seul pays à laisser les Africains dans une situation juridique limitrophe, entre le manque de citoyenneté – ils n’étaient pas citoyens brésiliens – et le manque de nationalité, ce que impliquait qu’ils ne pouvaient pas être traités comme étrangers, parce qu’ils n’avaient pas la protection des unités politiques dont ils étaient issus. La présentation prendra pour base le débat politique sur les droits des Africains au Brésil, et discutera les formulations juridiques de cette politique délibérée d’exclusion, qui a laissé les Africains vulnérables et sujets à l’arbitre des autorités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.