L’histoire ouvrière britannique et le « tournant global » en histoire du travail

Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – CREW)

Séance du 22 février 2019

 

Dans le développement de l’histoire sociale, l’histoire ouvrière britannique a joué un rôle pionnier, en particulier dans les années 1960 et 1970, avec les travaux des marxistes EJ Hobsbawm et EP Thompson. Depuis, l’histoire ouvrière est quelque peu passée de mode dans les milieux universitaires, mais elle a connu un renouveau significatif depuis les années 2000, avec l’émergence d’une « histoire globale du travail » (global labour history), sous la houlette notamment de Marcel van der Linden.

Quelle est la place des historiens britanniques dans cette nouvelle vague ? Est-il juste ou non d’accuser la British labour history d’insularité ? Cette communication présentera quelques unes des pistes explorées récemment pour tenter d’écrire une histoire des travailleurs britanniques plus ouverte sur le monde. Seront évoqués les travaux d’historiens qui, en Australie, en Nouvelle-Zélande comme en Afrique du sud, renouvellent notre regard sur le mouvement ouvrier britannique.

On s’interrogera enfin sur la place des Amériques dans ce tournant global. Changer d’échelle en passant du cadre des îles Britanniques au « monde britannique », c’est bien. Mais celui qui s’intéresse au passé des prolétaires anglais, gallois, écossais et irlandais peut-il sans dommages écarter du tableau Etats-Unis, Canada et Amérique latine ? Ma communication proposera deux gros plans, d’abord sur les recherches comparatistes et transnationales menées par Neville Kirk depuis les années 1980, puis sur celles de Steven Parfitt.

Enfin il sera question de ce que l’inclusion de la dimension transatlantique peut apporter à la compréhension de la « Grande Fièvre Ouvrière » (great labour unrest) qui agite le Royaume-Uni de 1910 à 1914. Les circulations humaines et militantes sont nombreuses à cette époque et contribuent à façonner l’expérience des ouvriers britanniques en lutte. La nature de ces interactions sera abordée à partir d’une étude de cas : la couverture des conflits sociaux aux Etats-Unis et au Canada par The Daily Herald, hebdomadaire londonien de sensibilité syndicaliste révolutionnaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.