E. F. PAIVA 08/02/2019

Esclavage, affranchissement, dynamiques des métissages et culture matérielle au

Brésil, XVIIIe siècle – les femmes et leur rôle historique

Eduardo França Paiva

Professeur titulaire au Département d’Histoire de l’Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil

Résumé :

Le XVIIIe siècle est le « siècle d’or » de l’histoire brésilienne dans tous les sens du terme. L’essor de l’exploitation des mines d’or et l’extraction des pierres précieuses provoquent des changements importants en Amérique portugaise, dont la très rapide urbanisation du centre de la région (surtout Minas Gérais), l’augmentation considérable de la population, y compris celle des esclaves. Il s’agissait d’africains créoles (nés au Brésil, fils de mères et pères africains) et aussi des individus issus de diverses métissages (métis, mulâtres, pardos, etc.) nés au Brésil. Tout cela donne naissance à une des plus importantes populations d’affranchis des temps modernes, dominée par des femmes et leurs descendants directs. Par ailleurs, le triangule entre Salvador de Bahia, les aires minières centrales et le port de Rio de Janeiro, formait à cette époque une des régions les plus riches au monde, ce qui attirait des commerçants et des produits provenant de différentes régions des Amériques et du monde entier. Mon intention dans cet exposé est de « croiser » toutes ces dimensions à partir des rapports quotidiens (culturels, biologiques, démographiques, affectifs, matérielles, etc.). Je veux souligner notamment le rôle très important joué par les femmes de différents « qualités » (indiennes, noires, créoles, métisses) et «conditions » juridiques (esclaves, affranchies, nées libres) dans la formation de cette société esclavagiste et métissée du XVIIIe siècle. Ces femmes ont été co-responsables de la dynamisation du commerce local et intercontinental, puisque qu’elles faisaient partie d’un marché urbain qui demandait des esclaves, des tissus et des objets d’usage personnel (fabriqués partout dans le monde) ; ainsi que des outils de travail, des images religieuses, des bijoux, des amulettes, des ivoires, des coraux rouges, etc. Elles deviennent, donc, des véritables agents de la mobilisation économique, ce qui fortifia, d’un point de vue historique, les métissages au Brésil, et également dans l’ensemble de l’Amérique ibérique. L’exposé fait partie d’un projet plus large qui vise à établir des connexions entre les sociétés ibéro-américaines, en partant par l’étude de la vie quotidienne, les « dynamiques des métissages » et des lexiques d’altérisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.