Les Jésuites souterrains dans la mondialité catholique de l’ancienne Compagnie de Jésus (Chili, 1621-1709)

Rafael Gaune

Les Amérique dans le monde atlantique, séance du 7 décembre 2018

La présentation a pour objectif général l’analyse de comment les “jésuites souterrains” dans la province du Chili entre 1621 et 1709 ont participé et soutenu les pratiques et les discours de la mondialisation catholique; mondialisation dans laquelle « l’élite créative » de l’ordre religieux été à la tête. Alors on intègre dans le « tournant historiographique global » de la Compagnie de Jésus une « prosopographie des sans voix », c’est à dire des acteurs secondaires qui sont présents dans les archives et registres et qui n’ont pas encore trouvé une narration dans l’historiographie.

Dans le cadre de cette proposition, on entend pour « jésuites souterrains » les acteurs qui faisaient partie d’un ordre religieux moderne et mondialisé, et qui pourtant se sont convertis en élites locales, sans néanmoins appartenir à « l’élite créative » -concept crée par Peter Burke à fin d’étudier les élites de la Renaissance- qui rédigée et publiée des livres, voyagée et négociée dans les centres de décisions, participée dans les rouages politiques coloniaux, et avant tout, été la protagoniste indiscutable de l’historiographie par le génie exprimé dans ses biographies. D’autre part, « mondialité » fait allusion au processus des circulations, connexions et amplifications du monde occidental à travers les pratiques et savoirs jésuites dans la jeunesse de l’époque moderne, ce que Antonella Romano a récemment nommé « l’englobement du monde » par l’Europe (2016).

L’hypothèse de cette recherche en cours propose que la mondialité jésuite guidée par cette « élite créative » au cours du XVIIe siècle fût supportée dans des acteurs secondaires qu’ont permis à cette élite de l’ordre religieux participer de façon directe dans le catholicisme global à travers des voyages aux centres des décisions et des réflexions intellectuels.

On formule que dans la province du Chili, entre 1621 et 1709, ont vécu, transité et meurt, quelques 473 jésuites, qui dans une grande partie n’appartenaient pas à « l’élite créative » de l’ordre. Néanmoins, son analyse historique permet de comprendre les complexités d’une institution mondialisée depuis le revers des grands acteurs et des grandes narratives. On fera l’analyse de cette mondialité à partir des pratiques et biographies des « jésuites souterrains » qui, à la distance et sans participation directe, possédaient une manière particulière d’agir dans les rouages de l’expansion mondiale du catholicisme.

Ce projet de recherche présent aussi des conjectures secondaires qui proposent qu’une « biographie chorale » de ces « jésuites souterrains » permette de comprendre que les succès ainsi que les échecs des projets missionnaires globaux dépendaient des agissements des « souterrains » dans le mondain et dans le local. De même, la proposition de recherche possède une portée analytique, méthodologique et épistémologique large, dans la tentative d’installer dans le « tournant historiographique global » de la Compagnie de Jésus –exceptionnel, des grandes idées, grands acteurs et grandes circulations- une « prosopographie des sans voix ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.