La transnationalisation du capital et l’ascension de la Chine

Séance 9, lundi 22 avril 2024 de 17h à 19h, Campus Condorcet, Bâtiment Recherche Sud, salle 4.023

Philip Golub, professeur de science politique, philosophie politique et relations internationales, American University of Paris (AUP). Auteur de East Asia’s Reemergence, Polity, 2016, and Power, Profit and Prestige: A History of American Imperial Expansion, Pluto Press, 2010, traduit en français sous le titre Une autre histoire de la puissance américaine, Seuil, 2011.

Avant de présenter son sujet, Philip Golub présentera brièvement ses recherches en relations internationales (RI) et en histoire des relations internationales, ses méthodologies, et parlera de l’importance du transnational dans ses analyses.

Au lendemain de la guerre froide, l’idée d’un passage historique de la politique interétatique moderne à une configuration post-westphalienne ou post-internationale a rencontré un large écho dans la théorie sociale internationale. L’hypothèse d’un “dépérissement du système moderne d’États territoriaux” semblait s’imposer face aux effets déterritorialisants de la révolution des TIC, à la reconstitution de l’espace mondial capitaliste, à la prolifération d’agents privés transnationaux, et par conséquent, à la reconfiguration du pouvoir et de la souveraineté. Partant d’approches théoriques et normatives différentes, théoriciens libéraux et néo-marxistes de la mondialisation annoncèrent ainsi la fin des conquêtes, de la guerre interétatique et de l’empire territorialisé, qui seraient devenus obsolètes à mesure que le pouvoir se diffusait des États vers les marchés. En bref, les relations sociales mondiales auraient abordé une nouvelle ère dans laquelle tout ce qui autrefois paraissait solide fondait dans les airs, les structures sociales de la modernité se dissolvant face aux pressions universalisantes de la dynamique capitaliste. Bien que féconde à bien des égards, générant de nouveaux programmes de recherche, l’hypothèse post-nationale a mal résisté à l’épreuve du temps. Trop étroitement liée au moment de sa formulation, manquant de profondeur historique comparative et fondamentalement téléologique, elle a mal perçue l’apparition de nouvelles concentrations de pouvoir étatique et les nouvelles potentialités de rivalités et de conflits. Comme le montre la trajectoire de développement de la Chine depuis la fin des années 1970, les flux de capitaux transnationaux génèrent des géographies différenciées du pouvoir et de développement lorsqu’ils traversent l’espace mondial, en fonction des différents cadres institutionnels locaux et de la capacité des États. Cela conduit effectivement à une restructuration du monde, loin de celle envisagée dans les années 1990 et 2000. Cette présentation souligne la nécessité d’historiciser les interactions dynamiques du capital et du pouvoir de l’État. 



Citer ce billet
ADET (2024, 29 mars). La transnationalisation du capital et l’ascension de la Chine. ATELIER D'ETUDES TRANSNATIONALES (ADET). Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4l2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.