Partenaires de l’OTAN : Australie, Nouvelle-Zélande et l’alliance nord-atlantique

Adrien Rodd, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines

Fin février 2022, l’Australie contribue au financement d’armes fournies par ses alliés de l’OTAN à l’Ukraine envahie par la Russie. La Nouvelle-Zélande, elle, se tient initialement en retrait, se contentant de condamner l’agression russe puis de geler certains avoirs russes dans le pays. Cette différence reflète les approches complémentaires mais distinctes de Canberra et de Wellington à leur allié crucial que sont les États-Unis d’Amérique, et à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, depuis maintenant près de 40 ans.

Vu de Canberra, l’environnement géopolitique devient plus inquiétant depuis la fin des années 2010. La Chine, premier partenaire commercial du pays, se fait agressive. Le gouvernement Trump a fait des États-Unis un allié moins fiable, moins prévisible. L’incertitude et l’inquiétude affectent les relations cruciales qu’a l’Australie à la fois avec Washington et avec Pékin. Canberra cherche à s’y adapter, à la fois en renforçant ses partenariats stratégiques avec des États amis tels le Japon et la France, et en cherchant à sécuriser l’engagement des États-Unis à ses côtés. L’accord AUKUS, par lequel l’Australie a brisé la confiance de la France pour consolider ses relations de défense avec ses cousins anglophones de part et d’autre de l’Atlantique nord, témoigne du tâtonnement et des ajustements qui ont caractérisé récemment la politique étrangère et de défense de l’Australie.

Cette séance cherchera à éclaircir et mettre en contexte la vision qu’a l’Australie de l’OTAN, et vice-versa, et la comparer avec celle de sa voisine néo-zélandaise, que l’on considère généralement comme ayant une politique étrangère moins fermement alignée sur celle de Washington.



Citer ce billet
ADET (2023, 2 mai). Partenaires de l’OTAN : Australie, Nouvelle-Zélande et l’alliance nord-atlantique. ATELIER D'ETUDES TRANSNATIONALES (ADET). Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/am4v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.