L’agence Bradley, une agence littéraire franco-américaine au XXe siècle : livres, idées et histoire culturelle en perspective transatlantique

Laurence Cossu-Beaumont, Université Sorbonne Nouvelle, France, Laboratoire CREW
Laurence.cossu-beaumont@sorbonne-nouvelle.fr

Le parcours du couple formé par l’Américain William Bradley (1878-1939), venu en France comme officier pendant la Grande Guerre, et Jenny Serruys Bradley (1886-1983), issue d’une famille de la grande bourgeoisie franco-belge, présente un intérêt tout autre que celui lié aux échanges franco-américains autour de la Grande Guerre et des couples biculturels formés par des GIs et des Françaises rencontrées lors de la mobilisation. William Bradley s’établit comme agent littéraire à Paris vers 1923 deux ans après son mariage avec celle qui deviendra également sa partenaire dans la gestion de l’agence littéraire puis reprendra entièrement l’affaire au décès de William Bradley en 1939. Entre le début des années 1920 et la fin des années 1970, l’agence Bradley travaille à la diffusion des œuvres d’Henry Miller, Anaïs Nin, Margaret Mitchell, Francis Scott Fitzgerald, Theodore Dreiser, Anita Loos, Claude McKay, Sinclair Lewis, Ernest Hemingway, William Faulkner, John Dos Passos, Raymond Chandler, Dashiell Hammett, Truman Capote, Richard Wright et James Baldwin. Côté français, on retrouve dans les archives de l’agence des échanges concernant Joseph Kessel, Louis-Ferdinand Céline, Blaise Cendrars, Colette, Georges Clemenceau, Henry de Montherlant, Roger Vercel, André Gide, François Mauriac, Jules Romains, Jean Giono, André Malraux, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre et Albert Camus.


L’étude de la trajectoire professionnelle de William and Jenny Bradley s’inscrit dans les approches historiographiques qui ont vu l’essor des paradigmes transnationaux. Les archives de l’agence Bradley donnent corps aux transferts culturels et à la circulation entre les États-Unis et l’Europe, et tout particulièrement la France, en offrant un matériau et nombre d’exemples concrets à ces dynamiques transatlantiques. À travers les voyages d’affaires des Bradley eux-mêmes et de leurs clients ou partenaires (éditeurs, traducteurs, agents), à travers les correspondances abondantes conservées dans leurs archives, on peut observer les traversées atlantiques de livres qui engagent des mécanismes concrets de translation au niveau linguistique et commercial (la traduction et promotion d’ouvrages étrangers) et tissent une conversation plus intellectuelle, littéraire et culturelle, qui présente l’intérêt d’être à double sens. Le travail des Bradley s’effectue en effet aussi bien au service des livres et auteurs français diffusés aux États-Unis qu’au service d’Américains à faire connaître ou publier en France. On découvre ainsi le métier par lequel les agents littéraires se font passeurs culturels et également fondateurs de réseaux professionnels et de réseaux de sociabilité qui associent, dans les mondes éditoriaux en France et aux États-Unis, des auteurs, des éditeurs, d’autres agents littéraires partenaires ou concurrents, des critiques littéraires, entre autres.

Au-delà de cet intérêt des passeurs et réseaux pour l’histoire du livre et pour les questions de circulation littéraire et culturelle, la découverte des archives Bradley invite à la réflexivité historienne. L’agence Bradley, à la fois carrefour des échanges littéraires et culturels entre France et États-Unis et acteur dans la création, la poursuite ou le renouvellement de ceux-ci, est l’interface recherchée en histoire croisée, ce point de contact où se nouent les circulations et où se rencontrent les cultures. De ce point de vue, les obstacles et freins à la conversation transatlantique s’y observent aussi, comme lorsque l’anti-américanisme français se fait jour. À l’inverse, les informations sur les publications de Claude McKay ou de James Baldwin qu’accompagne le travail de l’agence Bradley viennent éclairer d’un jour nouveau, plus éditorial, l’Atlantique Noir. Tous ces exemples requièrent le croisement des historiographies disciplinaires (littéraires, culturelles ou politiques) et des historiographies plus nationales.

L’étude des archives Bradley permet donc de poursuivre le projet et la pratique de l’histoire transnationale que visait Thomas Bender quand il invitait à « jongler avec les variables de temps et d’espace » (Rethinking American History in a Global Age, 2002). Du point de vue temporel, les archives Bradley nuancent en effet une lecture des périmètres temporels qui verrait un déferlement de la culture américaine vers l’Europe après la Seconde Guerre Mondiale quand l’entre-deux-guerres prélude en fait cette dynamique, vue un peu rapidement comme unilatérale. À propos de l’américanisation de la culture, les archives Bradley offrent aussi une intéressante perspective sur les questions de culture d’élite et de culture populaire (highbrow / lowbrow) qui intéressent l’histoire culturelle. Les archives Bradley abattent enfin les frontières d’une écriture, d’une pratique de lecture, d’une réception qui ne sont plus situées dans un espace national mais bien transatlantique. En guise d’ouverture, on suggérera que cet espace essentiellement étudié ici dans sa dimension franco-américaine concerne également l’Europe de manière plus élargie et l’Amérique latine par le biais des réseaux des Bradley, offrant des possibilités multiples pour l’étude des dynamiques culturelles transnationales.

VOIR AUSSI :
Laurence Cossu-Beaumont, « L’agence littéraire Bradley ou le livre au service de l’histoire : nouvelles perspectives de recherche », Revue française d’études américaines, N° 164, septembre 2020, p. 115‑129. Disponible sur CAIRN.

Laurence Cossu-Beaumont, William et Jenny Bradley, agents littéraires : passeurs culturels et traversées transatlantiques dans le siècle américain, manuscrit inédit à paraître, 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ADET (26 février 2021). L’agence Bradley, une agence littéraire franco-américaine au XXe siècle : livres, idées et histoire culturelle en perspective transatlantique. ATELIER D'ETUDES TRANSNATIONALES (ADET). Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/am4d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.