« La Révolution mexicaine, une histoire atlantique »

Romain Robinet (Université d’Angers, TEMOS / Temps, Mondes, Sociétés – CNRS UMR 9016)

Première révolution sociale du XXe siècle, la Révolution de 1910 a d’abord pris la forme d’une « tempête humaine », c’est-à-dire celle d’une guerre civile qui ravagea le Mexique durant une courte décennie et lui fit connaître l’expérience de la mort de masse, semblable à celle qui endeuilla les pays européens. Moment d’instabilité politique par excellence, elle déboucha progressivement sur un régime de parti hégémonique qui fut indissociable, durant la première partie du XXe siècle, de la mise en application d’un programme révolutionnaire, liant réforme agraire, travaillisme, éducation populaire, anticléricalisme et anti-impérialisme. Frappée du sceau apparent et exalté du nationalisme, cette révolution se présentait généralement, pour l’observateur étranger, comme une expérience autochtone. Elle fut pourtant un « processus atlantique ».  

En premier lieu, parce qu’elle suscita une série considérable de lectures intéressées à gauche du spectre politique (en Europe occidentale comme aux Amériques) ou, à l’inverse, d’échos angoissés chez les fidèles de l’Eglise catholique et chez les oligarchies conservatrices du cône Sud.

En second lieu, parce que le Mexique devint rapidement un « hub révolutionnaire » au sein de l’espace atlantique, suscitant des formes multiples de pèlerinage moderne, recueillant les vagues d’exilés fuyant les dictatures vénézuelienne, cubaine ou péruvienne, voire encourageant à l’exportation de la Révolution et au renversement des régimes despotiques.

Enfin, parce que la chair même de la Révolution, pourtant nationale, était pétrie de références et d’inspirations étrangères : la réforme agraire fut initialement justifiée à l’aune de l’économie de guerre du Royaume-Uni ; le coopérativisme, idéologie officielle des régimes révolutionnaires successifs, se référait aux travaux du français Charle Gide ; l’éducation populaire empruntait aussi bien à Lounatcharsky qu’à Dewey et Ferrer. Quant au régime corporatiste qui se déploya à la fin des années 1930, il dut beaucoup à la lecture du philosophe argentin José Ingenieros.

Cette communication explorera donc le caractère paradoxal de l’expérience mexicaine : celui d’une révolution pensée, vécue et lue comme nationale, alors même qu’elle s’abreuva des modèles de radicalité disponibles dans l’espace atlantique.

Robinet Romain, « Les indigènes de la République. Altérité, race et politique dans le Mexique post-révolutionnaire (années 1940-années 1950) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2019/1 (74e année), p. 129-163. DOI : 10.1017/ahss.2019.142. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2019-1-page-129.htm

ROBINET, Romain. La Révolution mexicaine : Une histoire étudiante. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2017 (généré le 04 février 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/138664>. ISBN : 9782753578654. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.138664.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.